Ai no Kusabi
Bienvenue sur Ai No Kusabi RPG, Invité !

Ce forum RPG est basé sur la nouvelle ainsi que les OAV "Ai no Kusabi."

Vu son contenu violent et érotique, nous déconseillons fortement l'inscription aux mineurs.

Nous attendons de vous une certaine maturité et qualité d'écriture, prenez-en compte avant votre inscription.

Curieux d'en savoir plus ? Allez, rejoignez-nous !



Forum RPG basé sur l'univers de la nouvelle Ai no Kusabi

Partagez|

[Meuble] Sien Umino

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Sien Umino
Meuble - Djinn

Meuble - Djinn
▌Métier : Garde du corps personnel de Raoul Am

▌Localisation : Dans l'ombre
▌Humeur : Pragmatique


MessageSujet: [Meuble] Sien Umino Mer 15 Mai - 20:03

Sien Umino




Info Personnelle


¦Nom¦ ▬ Umino
¦Prénom¦ ▬ Sien
¦Surnom¦ ▬ //
¦Statut¦ ▬ Célibataire
¦Age¦ ▬ 26 ans
¦Lieu de naissance¦ ▬ Amoï - Seala
¦Préférence sexuelle¦ ▬ Ambivalent
¦Métier¦ ▬ Ancien garde du corps
¦Groupe¦ ▬ Meuble

¦Personnage de l'avatar¦ ▬ Alathen by Saharaam


Condition Physique



Sien est un homme d'une taille somme toute banale. Ce n'est guère un géant ni un "nain" non plus - il ne mesure que 1,82m environ - ce qui lui permet de se fondre aisément parmi la populace et d'y disparaître lorsque l'envie l'en prend. Sa silhouette est svelte et élancée, marquée par une musculature que l'on devine aisément à travers ses vêtements d'un noir profond. Musculature qu'il n'a cessé d'entretenir par le passé afin de mener à bien ce pour quoi il était aux côtés de son ancien maître. Sa peau est d'une couleur pâle mais sans virer dans le morbide non plus, parfois légèrement hâlée sous le soleil.

Parlons ensuite de ses yeux, voulez-vous ? Des yeux comme on n'en verrait guère tous les jours derrière ce faciès neutre... mais aussi froid que leur possesseur lui-même. D'une couleur semblable à l'émeraude, Sien a fait de son regard une arme capable d'analyser assez rapidement la situation dans laquelle il se trouve pour en dénicher la meilleure issue possible. Une chevelure d'un noir de jais aussi profond que les ténèbres encadre ce visage aux lèvres pâles quoique légèrement corallienne. Mais revenons à ses cheveux, voulez-vous ? D'une souplesse sans égale, le moindre souffle infime de vent semble les faire bouger. Fins et raides, Sien les noue parfois avec un solide cordon de cuir afin d'éviter d'être gêné dans ses mouvements lorsque cela lui est nécessaire.

Notre homme ne se vêtit que d'étoffes noires, s'accordant assez bien avec sa silhouette et l'aidant à se fondre dans l'ombre. Rares sont les vêtements autre que ses éternels pull et jeans noirs qui peuvent parer son corps, Sien n'est guère regardant sur ce genre de détail, misant davantage sur l'efficacité que sur une quelconque mise en valeur de sa personne. Il laisse cela aux Blondies.

¦Signes distinctifs/Autres¦ Il possède un tatouage tribale au niveau de la partie droite de son visage, partant du front - légèrement au-dessus de l'arcade sourcilière, pour être exact - et descendant jusqu'à la commissure de ses lèvres. Il possède aussi des cicatrices blanches dans son dos, reliquat de sa période en compagnie de son ancien maître.


Dossier Psychologique



Sien est une personne au tempérament quelque peu renfermé et secret. Impassible dans la majeure partie des situations dans lesquelles il peut se retrouver, il agit avec calme et non sans un certain détachement à défaut de se laisser gagner par la panique. Il peut paraître insensible à tout ce qui l'entoure, mais cela n'est souvent rien de plus qu'une façade, une sorte de masque, une coquille dans laquelle il s'est enfermé. Doté d'un sang-froid assez remarquable (il fallait bien pour agir en tant que garde du corps), Sien ne fait preuve d'aucun sentimentalisme dans ses actes : il tue sur un ordre sans sourciller. Il reste néanmoins quelque peu maladroit au niveau des relations sociales, n'étant pas particulièrement doué pour être capable de dire ce qu'il ressent réellement hormis quand ses ressentis sont régis par une forte émotions (la haine en est le parfait exemple).

Sien possède un esprit d'analyse et de stratégie certain dont il fait preuve quand il est amené à jouer les protecteurs, prenant très à coeur son travail. Malgré son caractère qui peut paraître hostile comme austère, il lui arrive de sourire en de rares occasions (et souvent maladroitement) et de posséder quelques notes d'humour qu'il est -malheureusement- le seul à comprendre, ainsi que de faire preuve de gentillesse à l'égard des quelques personnes qui l'entourent et qu'il apprécie... bien que ses gestes allant en ce sens sont, bien souvent, tout aussi maladroits que le reste.

Un peu plus...



¦Défauts majeurs¦ ▬ Froid, jaloux, rancunier, renfermé, pragmatique
¦Qualités majeures¦ ▬ Loyal, aimable, stratège, cultivé
¦Troubles/Phobies¦ ▬ Insomniaque, il ne prend aucun médicaments pour se soigner et, quand Morphée lui accorde le droit de repos, ses nuits sont rarement sereines et bien souvent peuplées de cauchemars.
¦Particularités¦ ▬ Maître dans la manipulation des armes à feu.
¦Manies¦ ▬ Regarder par-dessus son épaule lorsqu'il est seul ou à l'extérieur.


Biographie



Sien ouvrit brutalement ses yeux sur le plafond au-dessus de sa tête, le souffle court. Lentement, il se redressa et passa une main sur son visage couvert de sueurs froides comme pour en effacer les traces de fatigue ou, plus exactement, celles du cauchemar dont il venait de se sortir. Ses yeux clairs parcoururent brièvement tout ce qui se trouvait autour de lui, retrouvant ses marques et s’ancrant ainsi véritablement dans la réalité pour fuir les dernières brides de ce rêve désagréable. Il passa ses doigts fins dans ses longs cheveux qu’il ramena inutilement vers l’arrière. C’était rare. Rare qu’il se mette à rêver de cette façon. Rare qu’il rêve de cela. De son passé.

D’aussi loin qu’il se souvienne - et d’où remonte son rêve -, Sien avait toujours vécu à Amoï, ne connaissant aucun autre univers que celui-ci. Il ne gardait guère de souvenirs de ce que l’on pourrait appeler son « enfance », ayant principalement vécu dans les bas-fonds de la ville à survivre comme il pouvait tel un parasite s’accrochant fermement à la vie avant de se faire capturer. Son existence commença réellement lorsqu’il fut acheté par son premier et unique maître. Un homme dont il taira à jamais le nom à présent mais qui était connu d'Amoï sous le patronyme de Drake Rosario, ne pouvant s’empêcher de frissonner d’horreur et de dégoût lorsqu’une tierce personne le mentionne quand il se trouve à portée. Pour cet homme qui le prit à ses côtés aussi bien pour s’en servir comme homme à tout faire que pour tout autre chose. Est-il aussi besoin de mentionner qu’il était aussi là pour assouvir n’importe quels « besoins » ? Non. Nulle nécessité. C’était là le lot de tous ceux qui étaient comme lui.

Un sourire fugace et sans la moindre vie passa sur les lèvres de Sien à l’évocation intérieure de ce souvenir.

Il n’avait jamais porté de réelles considérations envers cet homme noble et digne. Peut-être la reconnaissance de lui avoir offert « quelque chose » comme une existence pour survivre à défaut de mourir de faim ou de froid dans les bas-fonds de la ville. Toujours est-il que nous ne pourrions guère parler d’admiration. Encore moins d’amour. Sien n’aimait pas cet homme. Il ne l’a jamais aimé. Drake l'avait fait participer à bien des humiliations. Les Blondies avaient beau être parfaits, certaines d'entre eux parvenaient à tordre cette perfection à leur avantage et à en tirer profit. Tout comme à assouvir certains désirs pervers, guère uniquement sexuel. Son dos en garderait à jamais une trace des ces marques faites par les roses blanches que le Blondie utilisait pour le fouetter.

Ce peu de reconnaissance se mua d’ailleurs en haine féroce et viscérale quand ce funeste jour arriva.

Par réflexe face à ce souvenir devenu cauchemar, Sien passa une main de son épaule droite à son ventre, descendant lentement sur son propre corps tandis qu’un arrière-goût amer venait de gagner sa bouche.

Castré.

Il avait été… castré.

Pourquoi ? Pour la simple et « stupide » raison qu’il avait, à présent, été jugé comme trop âgé. Cette épreuve avait sans doute été la pire de sa vie. Un mélange de sensations et d’émotions qui s’étaient soudainement emparés de lui dans un seul et même instant. Il avait cru - ô cruel espoir ! - qu’il aurait pu en réchapper. C’était mal connaître son maître : quand il disait quelque chose, il le faisait. Ce jour-là, quelque chose se brisa pour de bon dans le peu d’estime que Sien pouvait déjà porter à cet homme. Quelque chose qui transforma cette faible reconnaissance en haine farouche double d’amertume. Ce jour-là, il perdit le goût de vivre.

Dans cette pièce où il se trouvait actuellement, Sien se leva et fit quelques pas tout en portant une main à sa bouche pour calmer la nausée qui venait de s’emparer de lui. Se souvenir n’était jamais une chose agréable. Encore moins ce souvenir de cette partie de sa vie.

À ce moment-là, il n’avait plus rien. Le peu de fierté qu’il pouvait posséder lui avait été ravi. Il n’était plus « homme ». Il était devenu autre chose simplement parce qu’on l’avait jugé ainsi, n’être plus apte à « servir » son maître. Qu’était-il, maintenant ? Que pouvait-il être ? Qu’allait-il devenir ? A lui qui n’était plus rien. À lui qui avait perdu cette envie de vivre qui l’avait, pourtant, maintenu vivant lors de son existence dans les bas-fonds de la ville. Il aurait pu se laisser mourir. Il aurait pu, ainsi, ne plus devoir quoique ce soit à personne. Il aurait pu… mais son maître en avait décidé autrement. Et de cela, il aurait pu se douter.

Depuis ce jour où cet homme lui avait mis une arme à feu entre les mains en lui disant qu’il serait judicieux qu’il apprenne à s’en servir. Oh, il avait appris. Il avait même redoublé d’effort pour pouvoir manier la poudre et les balles à la perfection. Il avait appris à manipuler deux de ses merveilles dans le même temps, augmentant davantage son périmètre d’attaque. Il avait appris… mais jamais, il ne s’était douté qu’il se ferait « recycler » plus tard de cette manière. Pourtant, c’était ce qu’il était devenu actuellement : un meuble, un garde du corps au service de son maître.

Un sourire ironique et quelque peu carnassier passa sur les lèvres de Sien à ce souvenir-là. Le Destin avait parfois un bien drôle d’humour.

Il avait accepté. Qu’aurait-il pu faire d’autres à part se retrouver à la rue ou de nouveau en vente ? Au moins pourrait-il, encore une fois, servir à quelque chose. Quand bien même cette chose était de protéger cet homme qui l’avait privé de sa dignité. À jamais. Néanmoins, tout se paie un jour. C’était une règle qu’il avait appris. « La patience est une vertu », dit-on. Sien avait appris à cultiver la sienne depuis qu’il avait été castré. Il savait, quelque part, qu’il trouverait une forme de vengeance envers cet homme. Cette vengeance ne tarda guère.

Il y eut cette fête. Une fête où, lui comme d’autres, n’étaient pas tolérés. Encore moins admis. Qu’à cela ne tienne, Sien attendrait quelque part à l’extérieur. Seulement… lorsque l’attentat survint, lorsque les cris remplacèrent les rires, il ne broncha pas. À la place, il regarda la bâtisse s’embraser sous les flammes destructrices et affamés. Il aurait pu se précipiter à l’intérieur et sauver son maître. Il aurait pu faire un tas de choses. Il n’en fit rien. À la place, il pénétra simplement dans l’endroit pour voir de ses propres yeux cet homme rendre son dernier soupire. Et il sut… qu’à jamais, ce regard vitreux et suppliant presque le pourchasserait jusque dans ses cauchemars.

Le puissant désir de satisfaction d’une vengeance assouvie s’estompa ensuite lentement. À présent que son maître était mort, il se retrouvait au point de départ : survivre ou suivre.

Sien ferma un instant ses yeux et les rouvrit lentement, faisant le vide dans sa tête. Il devait bien l’admettre. Maintenant, il était perdu et ne savait réellement que faire. Peut-être quelqu’un accepterait-il de le prendre en guise de garde du corps comme il pouvait l’être à présent mais… quelque part, il en doutait. Après tout, les bruits courraient vite à Amoï. Quelqu’un saurait qu’il aurait pu intervenir mais ne l’a pas fait. Mentir pouvait être une possibilité mais à quel prix ?

Pour l’instant, il ne préféra pas y penser. Un soupire passa ses lèvres et, désireux d’effacer ne serait-ce que quelques brides de ce cauchemar, il se recoucha. Demain serait un autre jour, peut-être plus glorieux avec son lot de découvertes. Ou tout aussi noir et ténébreux, avec son lot de chaos.


Un court résumé...


¦ Petite description rapide de votre personnage¦

Ancien Pet, Sien a été castré car jugé trop vieux et s'est retrouvé "recyclé" en garde du corps auprès de son ancien maître. Maître qui trouve la mort lors d'un attentat où Sien ne vole guère à son secours. Aujourd'hui, il se retrouve déboussolé et perdu, hésitant entre chercher à se mettre au service de quelqu'un ou, tout au contraire, survivre par lui-même.

▬ ▬ ▬ ▬ ▬ ▬ ▬ ▬ ▬ ▬ ▬ ▬ ▬ ▬ ▬ ▬ ▬ ▬ ▬ ▬ ▬ ▬ ▬ ▬ ▬

Derrière  votre    écran



¦Votre âge¦ ▬ 23 ans
¦Des doubles comptes?¦ ▬ Aucun.
¦Des questions ?¦ ▬ Aucune.




Dernière édition par Sien Umino le Jeu 26 Déc - 12:56, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jupiter
PNJ - Maîtresse absolue

PNJ - Maîtresse absolue

MessageSujet: Re: [Meuble] Sien Umino Jeu 16 Mai - 8:11

Une fiche impeccable validée sur le champ. Bon jeu à vous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ai-no-kusabi-reload.forumactif.org

[Meuble] Sien Umino

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Un quartier de Mordheim
» Armoires de figurines
» [VENTE] Donjon (= Manoir) a vendre
» En Dépit du Séisme, Haïti Doit Tenir l’Election Présidentiel
» Un drôle de monde (Wasp, ChibiVegeten)
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ai no Kusabi :: Personnages :: Etat civil :: Enregistrés dans nos fichiers-