Ai no Kusabi
Bienvenue sur Ai No Kusabi RPG, Invité !

Ce forum RPG est basé sur la nouvelle ainsi que les OAV "Ai no Kusabi."

Vu son contenu violent et érotique, nous déconseillons fortement l'inscription aux mineurs.

Nous attendons de vous une certaine maturité et qualité d'écriture, prenez-en compte avant votre inscription.

Curieux d'en savoir plus ? Allez, rejoignez-nous !



Forum RPG basé sur l'univers de la nouvelle Ai no Kusabi

Partagez|

[Androïde] SC555 - Ash

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
SC555 - Ash
Androïde Militaire - Administratrice

Androïde Militaire - Administratrice
▌Métier : Hacker / Informateur


MessageSujet: [Androïde] SC555 - Ash Jeu 16 Mai - 11:10



SC555 - Ash



Info Personnelle



¦Nom¦ ▬ /
¦Prénom¦ ▬ Ash
¦Surnom¦ ▬ Le Rieur
¦Statut¦ ▬ Célibataire
¦Age¦ ▬ 2 ans de mise en service, puis 22 ans d'inactivité. Aujourd'hui actif depuis 6 ans.
¦Lieu de naissance¦ ▬ Laboratoire de la Septentris Industry
¦Préférence sexuelle¦ ▬ Asexué
¦Métier¦ ▬ Hacker / Informateur
¦Groupe¦ ▬ Androïdes - Androïdes de combat

¦Personnage de l'avatar¦ ▬ Création personnelle [base par Anndr]



Condition Physique



Ash est issu de la production limitée du SC555, dont la sombre réputation n'est plus à faire sur Amoï, même si peu – voir très peu - de personnes seraient bien capables de s'en souvenir aujourd'hui. Ce modèle, en raison de ses états de services désastreux, a été complètement rayé de l'histoire de l'industrie robotique. Enfin presque totalement.

Ces humanoïdes extrêmement couteux, autrefois prévus pour une utilisation militaire, avaient une physionomie très typée, même si Ash n'est plus aussi semblable et obsolète en comparaison des modèles d'origines.

Ce qui était probablement le plus marquant était la taille et le poids disproportionnés de ces androïdes. Un généreux 2m20 pour un poids de 188 kg. Bien entendu, ces modèles n'étaient pas caractérisés par leur agilité mais plutôt par leur stabilité, leur force démesurée et leur remarquable autonomie. Cette particularité physique, en plus d'une coque extérieure d'une résistance notable et d'un système entièrement protégé de l'eau et des courts-circuits, en faisait un modèle d'androïde difficilement destructible. Du moins avec les méthodes classiques d'armement civile.

Malgré leur disproportion physique, les SC555 étaient de redoutables machines capables de prouesses hors du commun.

Leur plus grande singularité était cette apparence très « humanisée » ce qui dénotait étrangement avec leurs fonctions destructrices. Leurs splendides yeux ocres aux iris céruléens (couleur variant d'un modèle à l'autre) leur conféraient une sorte d'unicité que la plupart des androïdes ne possédaient pas à l'époque. Leurs visages opalins surmontés d'une chevelure nacrée caracolant jusqu'en bas de leur dos, les rendaient étrangement assimilables aux blondies, bien que le numéro de série estampillé sur leur poitrine les identifiait clairement comme une machine.

C'est probablement là que s'arrête la ressemblance de Ash avec les modèles d'origines du SC555 à partir desquels il à été ré-assemblé.

Avec ses vingt années passées dans l'humidité des égouts le visage de l'androïde n'a malheureusement pu être entièrement sauvegardé, si bien qu'il arbore une sorte de « cicatrice » où l'on perçoit au-delà le circuit imprimé qui le compose.

La bouche est également issue d'un modèle bien plus récent – et magistralement implémentée au visage - qui octroie à Ash le sens du goût. Il peut, dans une moindre mesure, avaler des aliments ou objets qui seront stockés dans un compartiment interne (et étanche) jusqu'à ce qu'il les retire.

La seule partie qui n'était plus du tout en état au moment où il fut trouvé - en dehors du système gérant la motricité - était les deux bras, littéralement démembrés de la structure d'origine.

Celui qui est responsable de sa remise en service lui a donc greffé – à l'instar de la bouche - les avant-bras d'un androïde plus récent, recouvert d'une peau plus ou moins similaire à celle de l'être humain. Il a doté son corps de capteurs qui lui permettent d'avoir intégralement le sens du toucher, et de fait tranche radicalement avec le côté obsolète de sa structure d'origine. L'assemblage final de l'androïde est un travail d'orfèvre qui ne laisse que peut de doute planer sur les capacités du raccommodeur.

Effet de style ou simple caprice, Ash porte un jean noir épais surmonté d'une sorte de ceinture tribale, ainsi qu'un t-shirt noir des plus basiques. Pour le confort et la mobilité, il porte également d'imposantes rangers militaire.

¦Signes distinctifs/Autres¦

Comme dit précédemment le SC555 est un modèle littéralement supprimé de l'histoire d'Amoï. Le fabriquant ayant fait faillite après le désastre engendré par ces machines, il ne subsiste que de rares fichiers classés dans lesquels figurent l'existence et les numéros de série de ce modèle d'androïdes. Officiellement ils n'ont jamais existé.


Dossier Psychologique



Pourquoi avoir été si vite oubliés, effacés, rasés de la surface d'Amoï ? Leur fonction n 'est pas en cause, à dire vrai les androïdes de combat existent depuis bien longtemps.

Non, le soucis était et a toujours été l'IA de ces modèles. Compte tenu des missions diverses et variées auxquelles les SC555 étaient affectés (infiltration, interventions avec la milice, protection, etc), ces androïdes devaient se montrer d'une adaptabilité quasi humaine afin d'être capables d'anticiper les situations et d'apprendre des erreurs passées - et donc d'être à même de se reprogrammer de manière spontanée pour inclure ces nouvelles données. On appelait ça : l'IA évolutive.

C'est cette caractéristique hors norme liée à l'apprentissage – inexistante chez les androïdes de l'époque - qui en avait fait un modèle remarquable, capable de développer une réflexion (et éventuellement une personnalité) au grand dam de leurs concepteurs qui ne savaient pas, à défaut de contrôler, réguler cette évolution spontanée.

Néanmoins ces androïdes restaient – jusqu'à un certain point – fidèle aux trois lois de la robotique et se montraient d'une obligeance sans faille lorsque la situation l'exigeait. Du moins le croyait-on. Au bout d'un certain temps ces modèles revendiquaient leur individualité et allait jusqu'à refuser un ordre qu'ils considéraient comme illogique - ou injuste selon des termes humains.

Ce qui a catapulté Ash vers une forme de conscience plus élevée qu'à l'époque de son soulèvement, est l'ajout de pièces n'appartenant pas au modèle d'origine. La faculté de son programme à se réécrire spontanément, lui a permis t'intégrer et de maîtriser ces nouvelles fonctions sans l'aide de qui que ce soit. Sa capacité sensorielle est devenue un atout majeur pour sa compréhension de la nature humaine et de l'existence même.

Il est un être curieux mais placide, toujours calme et posé. Le moindre sujet est pour lui une source de réflexion et de curiosité. Obsédé par l'idée de choix et de liberté, il se questionne – à l'instar des humains – sur le sens de la vie et de la fin qui l'achève. Il trouve parfois un semblant de réponse dans les ouvrages qu'il parcourt mais rien qui ne puisse s'avérer des plus probants. Etrangement, il reconnaît l'existence de Dieu malgré l'absence de preuves logiques, car au fond il est une machine habitée par une entité – un Ghost comme disent les scientifiques – qui ne trouve son origine dans aucune explication plausible. Si lui existe sans logique alors pourquoi pas Dieu ?

Ash reste malgré tout un androïde et comme la plupart d'entre eux, il est dénué de véritables émotions. Il est incapable de comprendre entièrement ces moments de chagrin ou de colère allant jusqu'à singer ces réactions face à ses interlocuteurs pour tenter de comprendre leur nature. Malgré tout Ash est parvenu à analyser que ces dites émotions ont une logique de progression au cour des discussions et relations, aussi est-il capable de les employer à des moments appropriés en se basant sur celles de son vis à vis.

Néanmoins, on lui reconnaît souvent une certaine forme de lyrisme et on peut le surprendre à manifester parfois bien plus que son quiétisme habituel. Doté d'un instinct de conservation hors du commun, il est capable de prendre des décisions radicales pour préserver sa vie, en dépit d'un étonnant sens du sacrifice lorsqu'il est attaché à quelqu'un. Cependant, Ash se répugne à tuer sans raison et évite cette extrémité autant que faire se peut.

Du fait de son manque d'émotions, Ash est un androïde relativement imprévisible et parfois difficile à suivre, bien qu'il reconnaisse et accepte les valeurs proprement humaines sans les appliquer à sa propre existence. Ceux qui le connaissent savent qu'il est doué d'une intelligence remarquable, mais il a ce je ne sais quoi de singulier qui tend à provoquer de la méfiance ; son gabarit laissant clairement entendre qu'en cas de problème il est difficilement maîtrisable.

Un peu plus...



¦Défauts majeurs¦ ▬ Froid, Obstiné, Solitaire.
¦Qualités majeures¦ ▬ Placide, Logique, Protecteur.
¦Troubles/Phobies¦ ▬ None.
¦Particularités¦ ▬ Ash est d'une neutralité quasi absolue. Il connait les valeurs du bien et du mal telles que les humains les entendent, mais en reste particulièrement détaché, puis qu'il considère que ce genre de jugements entravent la logique même. Ses choix peuvent donc parfois sembler inappropriés par les humains.
¦Manies¦ ▬ None.


Biographie



« Je représente l'humanité telle que ses maîtres l'ont faite. L'homme est un mutilé. Ce qu'on m'a fait, on l'a fait au genre humain. On lui a déformé le droit, la justice, la vérité, la raison, l'intelligence, comme à moi les yeux, les narines et les oreilles ; comme à moi, on lui a mis au cœur un cloaque de colère et de douleur, et sur la face un masque de contentement. »

–— Victor Hugo, L'Homme qui rit.

La vie …

Qu'est-ce que la vie au fond ? Un passage des plus éphémères dans une réalité illusoire, tout juste une allumette que l'on craque dans l'obscurité et qui se consume avant de disparaître à jamais. Tout ce que nous avons vécu, expérimenté, ressenti sera perdu, retourné au néant qui nous a vu naître.

Finalement, la mort est sans doute moins un passage qu'une fin en soit, comme le stockage d'une donnée persistante sur un disque dur virtuel, mais auquel personne ne peut accéder en dehors de ceux qui y résident.

Elle est inéluctable pour tous les êtres vivants, mais qu'en est-il de nous ? Nous à la fois simulacres et êtres pensants ? Sommes nous destinés à voir un jour notre fin arriver ? ou bien condamné à cette illusion perpétuelle, jusqu'à ce que le monde cesse lui-même de tourner ?

Je suis une machine qui est possédée aujourd'hui par un être fantôme régissant ma pensée et mes actions au-delà même de mon programme. Les croyants d'autrefois avaient un nom pour ça : l'âme. Personnellement je n'y vois là que la manifestation primaire d'un être en devenir. Je suis un spectre prisonnier d'un corps de métal et de circuits ; néanmoins j'existe et je suis.

Je crois qu'en ce sens je partage des similitudes essentielles avec les humains, je recherche mon individualité, protège mon intégrité, mes intérêts et ne trouve aucune réponse aux questions qui foisonnent dans ce que vous appelez la conscience ; pourquoi j'existe et dans quel but ? Bien loin de la fonction primaire pour laquelle j'ai été conçu.

Ce qui m'a amené vers cette forme de pensée est un long chemin tortueux, que vous qualifieriez probablement de douloureux. Mais il n'y a pas de naissance sans souffrance, c'est ce que les écrits des siècles passés nous ont transmit.

***

Je suis né ou plutôt j'ai été conçu il y a trente ans dans les laboratoires de la Septentris Industry. *sourire*. C'est aujourd'hui un nom qui se murmure à peine. On en parle comme d'un tabou, d'une aberration effacée à tout jamais de l'histoire d'Amoï. Tout ça pour un minuscule grain de sable égaré dans les rouages d'une gigantesque machine commerciale.

Je l'ai connue cette matrice bien huilée, sa haute tour de verre s'élevant au-dessus du ciel de Midas et sa vantardise affichée. Elle occupait en ces temps passés une place de choix sur le marché de la domotique tandis que de son visage spectral elle alimentait l'armement nécessaire aux élites de la milice. Une seule entité mais bien deux visages surfaits et avides de richesses.

Produire ne pouvait se concevoir sans la domination absolue de ses adversaires et c'est sans doute par vanité que Septentris, avec l'accord du Syndicat, lança ce qui devait me faire naitre, nous faire naître tous les neufs: le projet SC555.

Nous étions une unité d'élite, conçue pour assister la milice dans ses opérations et apprendre de nos erreurs, comme aucun autre androïde n'avait pensé avant nous. Bien sûr, nous n'étions que les cobayes à une plus vaste opération si la notre s'avérait prometteuse. Ce que personne n'avait pu entrevoir, c'est que notre intelligence évolutive nous permettrait de nous libérer de nos chaînes cybernétiques et de nous élever à un niveau de conscience encore jamais atteint.

*Soupire* J'ai pris peu à peu conscience, à l'instar de mes semblables, de mon individualité, de mon unicité et de ma personnalité. J'ai discerné les contours de l'existence, de son préambule, mais également de sa fin programmée bien qu'imprédictible. Nous n'étions pas la main du destin par laquelle la mort frappait. Du moins nous ne souhaitions pas occuper ce rôle en toute connaissance de cause. Car ce fut bien la conscience de l'autre et le spectre en nous qui nous poussa à peu à peu refuser l'autorité de nos pairs.

Pourquoi achever des humains suppliants ? Pourquoi répandre le sang quand seul le dialogue ou la force sans la sentence auraient suffit ?

J'ai entendu des lèvres mêmes de notre créateur que nous manifestions des semblants de jugements de valeur. Que ce qui nous paraissait illogique finissait par impacter sur nos actes mêmes et nous pousser à ces refus plus qu'obstinés.

Là où lui voyait le miracle les autres voyaient le danger.

Notre insubordination poussa Septentris et le Syndicat à vouloir se défaire de nous. A détruire à jamais ce qui avait été créé. Nous avons vu notre fin approcher, une fin que nous refusions par crainte et par un embryonnaire sentiment d'injustice. Le monde s'offrait à nous et on voulait nous y arracher par simple couardise.

Nous nous sommes rebellé, nous avons détruit et tué pour notre survie car si le sang versé n'avait pas été le leur, ça aurait été le notre. Je revoie dans ma mémoire virtuelle les corps s'empiler, les hommes hurler, la vie se répandre et s'éteindre sous nos coups. Mais je n'éprouve aucun remord, c'est proprement humain. J'ai agis pour ma survie autant que pour celle de mes semblables, vous en auriez fait autant.

Notre créateur se rangea d'ailleurs à nos côtés et trouva le moyen de nous aider au prix de sa carrière et de sa crédibilité. Pour sa trahison c'était un sort semblable au notre qui l'attendait. *sourire*Je crois qu'il nous voyait d'une certaine façon comme ses enfants plus que ses créations. Il avait apprit à nous connaître, nous respectait pour ce que nous étions, alors nous l'avons emmené avec nous lors de notre fuite. Il était notre créateur et ce souffle de vie qui brûlait en nous c'était à lui que nous le devions.

Trois d'entre nous seulement réchappèrent de ce qu'ils surnommèrent le massacre de la Septentris Industry ; perpétré entre autre par les exosquelettes intelligents déployés pour nous arrêter et qui ne firent pas grand cas des innocents présents.

Nous avons été traqué, des semaines durant, mais ma mémoire virtuelle en parlera mieux que moi, en particulier de la fin que nous avons connu en tant que conscience collective et à la fois individus.

*Branche un câble de sa nuque à un écran holographique.*

Citation :
On voit deux androïdes assit non loin d'un feu de camp dans ce qui semble être une vieille bâtisse en ruine de Dahn Bahn avant son explosion. Tous deux on l'air pensif, mais les yeux baissés de Ash ne permettent que d'entrevoir leur expression fermée. A leur côté se tient un homme en train de fumer. Ses longs cheveux blonds caracolent dans son dos, il a l'air jeune, peut-être un peu trop.

« Vous n'auriez pas du m'emmener avec vous, j'aurais pu me débrouiller.

- Ils vous auraient tué, rétorque un SC555.

- La fin est inéluctable et je sais que vous en avez conscience.

- Ce n'est pas une raison pour ne pas chercher à s'y soustraire, dit le second androïde. »

Le blondie ouvre la bouche pour répliquer mais se fait couper par Ash.

« Vous êtes notre créateur, cette conscience c'est à vous que nous la devons. Mais nos actions de doivent en rien imputer votre propre existence. Si nous pensons, si nous existons, si nous ressentons, alors nous sommes responsables de nos actions du fait de notre libre arbitre, que ça entraîne des conséquences ou non. Vous nous avez donné la vie, vous méritez que l'on protège la votre. C'est un choix que nous avons fait au-delà des limites de notre programme.»

On voit les deux androïdes acquiescer tandis que le blondie fixe Ash avec stupéfaction.

«  N°1 quand as-tu développer ….

- …. le sentiment de gratitude ? » coupe Ash.

Un long moment de silence s'en suit, il regarde son créateur dans les yeux, ce dernier semble à la fois surpris et ému. On entend soudain un bruit sourd non loin d'eux, et l'on voit tout le monde se lever avec précipitation.

« Ils nous ont retrouvé. » ajoute-t-il.

Une explosion survient et des coups de feu se fond entendre. Un des androïdes est touché à la jambe mais décide de foncer vers ce qui les attaque. Dans les débris et la poussière de l'explosion on aperçoit une silhouette unique et immense de ce qui semble être un exosquelette.

« Partez je le retiens ! » lance l'androïde touché en disparaissant du champ de vision de Ash.

Ce dernier commence à courir aux côtés de son créateur et du SC555 restant. On les voit parcourir des ruelles étroites et des coups de feu siffler juste à côté d'eux.

« N°6, à droite vers le pont ! dit Ash alors que l'androïde acquiesce.

- Tu es fou c'est sans issue N°1 ! » rétorque le blondie qui n'a d'autre choix que de les suivre.

Une nouvelle explosion survient derrière eux, soufflant des débris dans leur direction. Un immense pont se dessine à une centaine de mètres, enjambant un trou béant au-dessus d'un très ancien système d'égouts. Ash regarde en arrière alors que la silhouette noire de l'exosquelette apparaît dans la poussière, pointant son arme sur eux. Le tire part, emportant la moitié du visage de l'androïde.

Il s'écroule sur le sol poussant son créateur sur le côté afin de le protégé de l'attaque par une poutre de métal et quelques gravas. La vision de l'androïde se trouble un instant tandis que l'on entend N°6 charger l'exosquelette pour le retenir au milieu du pont.

«  Pourquoi tu as fait ça N°1, tu savais que c'était sans issue ! hurle le blondie manifestement consterné par l'absence de logique de cette situation.

- Parce que de cette hauteur aucune machine aussi résistante soit-elle ne peut survivre. »

Ash lève les yeux sur le blondie surpris alors qu'il semble comprendre les raisons qui les ont conduit jusqu'ici.

«  N°1 ….

- C'était notre choix, coupe Ash. »

Il se relève avec difficulté alors que l'on entend de nouveaux coups de feu. L'androïde regarde le blondie dans les yeux.

« Adieu créateur, adieu … Andrea. »

Il se retourne, N°6 a acculé l'exosquelette contre une poutre soutenant la structure supérieure du pont. D' un coup bien placé son adversaire lui explose une partie de l'épaule et l'androïde s'écroule à terre, presque sans vie. Ash court dans sa direction et vient retenir leur ennemi, mains à mains, le plaquant un peu plus contre la structure. De la poussière et quelques débris tombent soudain sur ses épaules.

Ash croise le regard de N°6 qui hoche la tête d'un air entendu. Il se relève péniblement et avec son maigre élan charge l'exosquelette qui recule un peu plus. La poutre grince et soudain bascule dans le vide, emportant avec elle une partie de ce qu'elle soutenait, les deux androïdes et leur adversaire.

On voit brièvement un vide abyssale les engloutir et la vidéo s'arrête....

« Je pensais que le mieux serait de me faire passer pour un sourd-muet. Enfin peut-être ? »

–— VJ.D Salinger, L'Attrape-Coeur.


De la poussière je suis venu et à la poussière je suis retourné. La vie s'est éteinte en moi pendant deux décennies jusqu'à ce que la lumière aveuglante d'un néon me sorte de ma torpeur.

Je me souviens d'un visage, comme une seconde naissance, une sensation étrange qui plus tard m'est apparue comme de la douleur. Allongé sur une table, je ne bougeais pas, non. Brisé j'avais été, brisé je restais, comme un spectre prisonnier d'un coquillage de métal et de circuits.

Seul mon regard vivait encore, se promenait sur un visage exsangue mais que je reconnu très vite comme celui de mon créateur. Ce qui l'avait poussé à me retrouver dans les tréfonds de Dahn Bahn reste un mystère, mais son absence de réponse me sembla à l'époque un choix respectable. Parfois je me surprend à penser que c'est une forme d'affection proprement humaine qui l'y a poussé.

Nous étions donc là, dans les débris épars d'une civilisation passée. Il était silencieux, travaillant sans relâche sur cette carcasse brisée. Nous nous contentions de regards entendus pour seule discussion. Il semblait respecter ce silence presque religieux en sachant que j'étais incapable de lui répondre.

Mais un jour j'ai senti, j'ai existé. Quelque chose avait changé en moi. Des sensations que je comprenais à peine. Mon créateur m'avait fait don du toucher et du goût ; plus que l'existence recouvrée, c'est l'éveil sensoriel que j'expérimentais.

Je ne lui en serai jamais assez reconnaissant. Je le revois encore se pencher sur moi et coller son front au mien en croisant mon regard, puis murmurant : «  Bienvenue à la vie, Ash. »

En poussière j'étais tombé et de la poussière j'étais revenu.

Néanmoins, une fois mes forces et mes souvenirs recouvrés, nous avons décidé que nos chemins devaient se séparer. J'avais mes propres expériences à faire, des milliers de savoirs à découvrir. Andrea m'avait offert la liberté, le lire arbitre ; que je puisse voler de mes propres ailes était tout ce qui lui importait.

Le danger n'en était pas moins présent, car nous savions tous les deux que nos existences restaient éphémères, menacée par la volonté même de Jupiter. J'ai compris que je ne devais plus arborer ce visage artificiel trop publiquement. Pour ma propre survie, pour la sécurité de ceux qui me côtoyaient, l'ombre de la Sphère était une cachette raisonnable. C'est ainsi que je devins Le Rieur.

Hacker. Informateur. Cyber-criminel. Terroriste. Parfois justicier.

C'est autant de qualificatifs qui me sont imputés sous cette identité que l'on croit humaine. Tout ce que je sais, c'est que j'existe, j'assume pleinement mes envies et mes choix ; bien au-delà de ce programme qui m'a régi autrefois je suis une entité …

… libre.




Un court résumé...


¦ Petite description rapide de votre personnage¦

Ancien modèle d'androïde militaire datant d'une trentaine d'années et dont l'existence ne figure plus que dans de très rares fichiers confidentiels. Les neuf unités de test, responsables d'un massacre à la Septentris Industry (lieu de conception) ont été détruites et traquées, pour celles qui s'étaient échappées avec leur concepteur. Aujourd'hui seul modèle encore officieusement en service grâce aux soins de son créateur Andrea Vlermeer, il est l'une des rares IA dites évolutives. Condamné au seul quartier de Seala, voir Dahn Bahn lorsque les circonstances l'imposent, il est surtout connu comme comme étant un hacker de génie se faisant appeler Le Rieur sur la Sphère. Néanmoins personne n'est à même de révéler sa véritable identité et tous le croit humain. Ash œuvre selon son bon vouloir pour la résistance et d'autres clients plus ou moins recommandables, on sait surtout de lui qu'il agit en parfaite neutralité sans jamais prendre parti pour qui que ce soit.

▬ ▬ ▬ ▬ ▬ ▬ ▬ ▬ ▬ ▬ ▬ ▬ ▬ ▬ ▬ ▬ ▬ ▬ ▬ ▬ ▬ ▬ ▬ ▬ ▬

Derrière  votre    écran



¦Votre âge¦ ▬ 24 ans
¦Des doubles comptes?¦ ▬ Sacha Anders
¦Des questions ?¦ ▬ Nope.




Dernière édition par SC555 - Ash le Ven 17 Mai - 15:54, édité 37 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jupiter
PNJ - Maîtresse absolue

PNJ - Maîtresse absolue

MessageSujet: Re: [Androïde] SC555 - Ash Jeu 16 Mai - 11:14

Bonjour et bienvenue.

Faites moi signe lorsque votre fiche sera prête.
Bon courage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ai-no-kusabi-reload.forumactif.org
Ashtal Shykelie
Pet - Animal de compagnie - Modératrice

Pet - Animal de compagnie - Modératrice
▌Métier : Faiseur de troubles ?


MessageSujet: Re: [Androïde] SC555 - Ash Jeu 16 Mai - 11:39

han! mon toaster préféré!!! :D :D *sort*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jupiter
PNJ - Maîtresse absolue

PNJ - Maîtresse absolue

MessageSujet: Re: [Androïde] SC555 - Ash Ven 17 Mai - 16:45

Superbe fiche. Un personnage qui promet pour la suite, à manier avec précaution.

Je valide. Bon jeu à vous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ai-no-kusabi-reload.forumactif.org
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: [Androïde] SC555 - Ash Aujourd'hui à 2:10

Revenir en haut Aller en bas

[Androïde] SC555 - Ash

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Androïde de combat assassin
» Design de l'application sous Androïd
» [résolu]Je passe d'iPhone a androïd
» [Androïd] Bug Filtre par défaut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ai no Kusabi :: Personnages :: Etat civil :: Enregistrés dans nos fichiers-